Ghislaine Senée, conseillère régionale d’Ile-de-France, soutient Triel Autrement.

Nous retranscrivons ici le message posté par Ghislaine Senée, sur le groupe Facebook Triel et sa Politique

Élue régionale, ancienne maire d’Evecquemont et du conseil communautaire GPSEO, soucieuse pour notre démocratie et notre environnement, j’ai décidé de défendre le projet de Triel Autrement, beaucoup plus en phase avec les vrais enjeux à venir pour Triel-sur Seine et ses habitant.e.s. Et je vous explique pourquoi :

La plus grande difficulté des communes aujourd’hui est de répondre aux besoins de leurs habitants en assurant le meilleur service public avec des moyens financiers qui n’ont cessé de baisser ces dernières années, l’Etat ayant décidé de couper drastiquement les dotations.

Il existe certes encore quelques aides. Ainsi la région Ile de France est l’un des financeurs principaux des collectivités. Elle peut aider jusqu’à 50% du montant de l’investissement mais avec un montant de l’aide plafonné à 1 million voir exceptionnellement 1,5M€ (cf lien)

Alors il faut se le dire tout de suite, même si je salue le travail d’animation de l’équipe Triel C’est vous : c’est mentir aux Trielloises et aux Triellois d’affirmer qu’un financement de 60% est assuré pour les deux projets qu’ils proposent, même avec l’aide du département et de GPSEO.

Faisons une vraie comparaison entre le complexe sportif présenté par Triel C’est Vous et le COSEC de Vaux sur Seine que j’ai eu le plaisir d’inaugurer et qui leur a servi d’argument. Celui-ci comprend 2 belles salles de pratiques (DOJO et Sports Collectifs) et vestiaires, pas de terrasse, ni lieu de convivialité ni parc de stationnement. Celui-ci « n’a coûté que » 3,2 millions. Ainsi, ils ont pu à Vaux, (avec l’aide du PNRVF dont ne peut bénéficier encore Triel), atteindre effectivement les 60% de financement en allant au maximum des montants plafonnés. Au-delà, plus le montant du bien d’équipement est important, moins il est possible d’atteindre un tel pourcentage.

N’ayant pu faire mes commentaires directement sur leur site, ce qui me semble totalement anti-démocratique, je souhaitais leur souligner cela, surtout grâce à la comparaison qu’ils ont faites entre le niveau d’investissement en biens d’équipements et les subventions reçus sur les 10 dernières années entre Andrésy et Triel. Ils démontrent eux-mêmes que globalement la part des subventions obtenues représentent sur l’ensemble des montants investis, 22% d’aides sur 32 millions dépensés pour Andrésy et 15% pour Triel. Le reste est bien entendu à la charge de la commune. Cela fait réfléchir, non ? C’est irréaliste pour les finances communales de Triel, surtout quand en plus on promet de ne pas augmenter les impôts.

Sérieusement, on en a que trop soupé des fausses promesses sur ce territoire, que ce soit ici à Triel, ou à la CU GPSEO à l’époque ! Tout ceci discrédite le travail des élus locaux mais aussi le travail d’autres candidats sérieux qui ont autant d’ambition pour leur ville tout en refusant de vendre du rêve.