De battre, le cœur de ville va s’arrêter…

Lors de notre enquête « Quand 1000 triellois(es) nous parlent de leur ville », 7 habitant(es) sur 10 ont dit constater un recul de leur qualité de vie. La raison majeure évoquée était essentiellement liée au centre-ville dont ils attendent une plus grande attractivité, une accessibilité adaptée aux différents types de mobilité, une meilleure valorisation des bords de Seine, une offre diversifiée de commerces et services de proximité…

Nous avons souhaité passer le PLUi au crible de ces attentes. Notre récente communication sur les Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP quartier de gare de Vernouillet-Verneuil et de Triel) était déjà suffisamment éloquente quant à un avenir très compromis du centre-ville. Une lecture plus précise du plan de zonage et du règlement témoigne d’une volonté de réaménager les bords de Seine du centre-ville en y intégrant de nouveaux programmes immobiliers constitués, pour une part importante, de logements sociaux. Ces programmes s’inscrivent sur le foncier actuellement occupé  par plusieurs demeures de caractères qui seront rayées du patrimoine de notre ville.

Nous le disons et le répétons, la construction de logements sociaux est nécessaire à Triel pour répondre aux besoins de nos concitoyens, notamment les plus jeunes qui démarrent dans la vie active ou des séniors dont les revenus leur permettent d’accéder aux logements sociaux. Pour autant ces programmes doivent être réfléchis pour s’intégrer raisonnablement dans le tissu triellois. Perçue par certains comme une contrainte, la loi SRU est plutôt à regarder comme une opportunité pour repenser la ville dans sa globalité.

Comme l’a encore confirmé la récente réunion publique du 10 juillet organisée par la mairie, les habitant(e)s ont une toute autre vision de leur commune. Elles et ils considèrent que l’aménagement des bords de Seine doit concilier accessibilité et développement d’activité de commerces de proximité, de lieux de convivialité et d’animations culturelles. C’est bien autour de cet « esprit village » que Triel pourra renouer avec son identité. Et c’est ainsi que notre commune sera en mesure de rayonner et de rivaliser avec les villes environnantes en matière d’attractivité. 

On en est loin aujourd’hui avec les orientations proposées par le PLUi qui programment purement et simplement la fin du cœur de ville de Triel au détriment de l’image de la commune dans son ensemble. Quel gâchis ! Quel gâchis alors que d’autres villes moyennes, disposant de moins d’atouts, se mobilisent efficacement pour repenser leur centralité.