Communauté Urbaine (CU)

Le 10 juillet , la Communauté Urbaine (CU) a élu son président Raphaël Cognet et deux vice-présidents Cécile Zammit-Popescu et Karl Olive. Voici la déclaration de Franck Fontaine à l’origine du groupe Territoires et Citoyens Seine et Oise. Ce groupe auquel j’ai adhéré rassemble déjà 30 élus communautaires. La première photographie du groupe prise ce matin, ne me cherchez pas, je suis tout au fond. Le prochain conseil aura lieu le vendredi 17 et il élira les autres vice-présidents et les autres membres du bureau communautaire.

Merci

MERCI, c’est le mot que nous souhaitons vous adresser en ce dernier soir de campagne. Merci pour toutes nos rencontres et tous nos échanges qui ont fait avancer notre projet pour faire vivre Triel, Autrement.Vous comptez pour nous. Nous comptons sur vous.Très bon week-end à toutes et tous et à dimanche !

Sophie Kerignard et l’équipe de Triel Autrement

Dimanche, nous comptons sur vous

MERCI, c'est le mot que nous souhaitons vous adresser en ce dernier soir de campagne. Merci pour toutes nos rencontres et tous nos échanges qui ont fait avancer notre projet pour faire vivre Triel, Autrement.Vous comptez pour nous. Nous comptons sur vous.Très bon week-end à toutes et tous et à dimanche !Sophie Kerignard et l'équipe de Triel Autrement

Publiée par Triel Autrement sur Vendredi 26 juin 2020

Ghislaine Senée, conseillère régionale d’Ile-de-France, soutient Triel Autrement.

Nous retranscrivons ici le message posté par Ghislaine Senée, sur le groupe Facebook Triel et sa Politique

Élue régionale, ancienne maire d’Evecquemont et du conseil communautaire GPSEO, soucieuse pour notre démocratie et notre environnement, j’ai décidé de défendre le projet de Triel Autrement, beaucoup plus en phase avec les vrais enjeux à venir pour Triel-sur Seine et ses habitant.e.s. Et je vous explique pourquoi :

La plus grande difficulté des communes aujourd’hui est de répondre aux besoins de leurs habitants en assurant le meilleur service public avec des moyens financiers qui n’ont cessé de baisser ces dernières années, l’Etat ayant décidé de couper drastiquement les dotations.

Il existe certes encore quelques aides. Ainsi la région Ile de France est l’un des financeurs principaux des collectivités. Elle peut aider jusqu’à 50% du montant de l’investissement mais avec un montant de l’aide plafonné à 1 million voir exceptionnellement 1,5M€ (cf lien)

Alors il faut se le dire tout de suite, même si je salue le travail d’animation de l’équipe Triel C’est vous : c’est mentir aux Trielloises et aux Triellois d’affirmer qu’un financement de 60% est assuré pour les deux projets qu’ils proposent, même avec l’aide du département et de GPSEO.

Faisons une vraie comparaison entre le complexe sportif présenté par Triel C’est Vous et le COSEC de Vaux sur Seine que j’ai eu le plaisir d’inaugurer et qui leur a servi d’argument. Celui-ci comprend 2 belles salles de pratiques (DOJO et Sports Collectifs) et vestiaires, pas de terrasse, ni lieu de convivialité ni parc de stationnement. Celui-ci « n’a coûté que » 3,2 millions. Ainsi, ils ont pu à Vaux, (avec l’aide du PNRVF dont ne peut bénéficier encore Triel), atteindre effectivement les 60% de financement en allant au maximum des montants plafonnés. Au-delà, plus le montant du bien d’équipement est important, moins il est possible d’atteindre un tel pourcentage.

N’ayant pu faire mes commentaires directement sur leur site, ce qui me semble totalement anti-démocratique, je souhaitais leur souligner cela, surtout grâce à la comparaison qu’ils ont faites entre le niveau d’investissement en biens d’équipements et les subventions reçus sur les 10 dernières années entre Andrésy et Triel. Ils démontrent eux-mêmes que globalement la part des subventions obtenues représentent sur l’ensemble des montants investis, 22% d’aides sur 32 millions dépensés pour Andrésy et 15% pour Triel. Le reste est bien entendu à la charge de la commune. Cela fait réfléchir, non ? C’est irréaliste pour les finances communales de Triel, surtout quand en plus on promet de ne pas augmenter les impôts.

Sérieusement, on en a que trop soupé des fausses promesses sur ce territoire, que ce soit ici à Triel, ou à la CU GPSEO à l’époque ! Tout ceci discrédite le travail des élus locaux mais aussi le travail d’autres candidats sérieux qui ont autant d’ambition pour leur ville tout en refusant de vendre du rêve.

Un mandat équilibré, réaliste et financé.

Comprendre le budget de la ville

Nous avons examiné les comptes de la commune sur les 12 années passés sur la base des comptes administratifs qui étaient disponible jusque 2018

Les dépenses et recettes de fonctionnement s’inscrivent dans la moyenne des communes de même taille. La pression fiscale s’inscrit dans ces moyennes même si elle reste un sujet sensible ; le « pas d’augmentation des impôts » sera une de nos priorités. Il est à noter que notre faible taux de logements locatifs aidés vient limiter la dotation de fonctionnement que la commune perçoit de l’Etat et génère un manque à gagner que l’on peut évaluer à 500 000 euros/an si l’on compare Triel à ses voisines. Les budgets en équilibre de la commune laissent une situation saine dont nous remercions l’équipe précédente. Il sera de notre responsabilité de ne pas laisser dériver les postes de dépenses.

Répartition des dépenses de fonctionnement entre 2007 et 2018

Le tableau suivant présente les dépenses d’investissement sur les 12 dernières années.

Evolution du budget d’investissement de Triel entre 2007 et 2018

Que nous disent ces chiffres ? De gros investissements sur les années 2007-2009 : il s’agissait de l’école Camille Claudel… puis peu de réalisations. En 2018 les dépenses d’équipement de la ville s’élevaient à 104 Euros par habitant soit 3 fois moins que la moyenne des communes de même taille. Ces chiffres reflètent la perception d’endormissement de la commune que beaucoup de triellois ressentent.

Nous avons la volonté de redynamiser la commune grâce à des équipements ciblés qui répondent aux besoins et à l’envie des Triellois d’habiter une cité vivante. Nous éviterons le piège des projets somptuaires et dispendieux qui en asséchant la capacité d’emprunt de la commune grèveraient la capacité d’investir pour de nombreuses années, généreraient immanquablement des hausses d’impôts pour les Triellois, sans compter les coûts de fonctionnement élevés que cela impliquerait mécaniquement pour les années ultérieures. Nous avons la volonté de présenter un programme dynamique et réaliste sans augmentation d’impôts.

Anticiper le financement des équipements.

Nous avons construit notre projet autour de 3 grands enjeux d’équipements :

  • Renouveler les infrastructures sportives
  • Animer la ville et donner accès à la culture
  • Faciliter les mobilités de demain

Ces projets ont pour ambition de profiter à tous les Triellois, jeunes et moins jeunes, actifs ou inactifs et de répondre aux besoins soulevés pendant nos 2 années d’échanges.

Sur la durée du mandat, cela représente un coût d’équipement total de 18 millions d’euros. Pour chaque enjeu, vous trouverez les projets et leur coût :

Budget pluriannuel Triel Autrement sur la durée du mandat

Diversifier les modalités de financement

Le programme anticipe les possibles limitations financières liées à l’endettement national engendré par la crise sanitaire. Ce programme sera réalisé au fil des années, dans les budgets d’investissements annuels qui intégreront par ailleurs les dépenses annuelles de maintenance, d’entretien du patrimoine et d’achat de matériel prévues par les services techniques de la mairie (ces éléments ne sont pas à notre disposition et dont nous prendrons connaissance en arrivant à la mairie).

Le programme pluriannuel d’investissement que nous présentons correspond à un budget moyen de 3 millions par an. Les calculs ont été établis sur la base de subventions à hauteur de 60%, et une prise en charge par la commune des 40% restants. Nous avons choisi un parti pris de réalisme et de prudence dans la construction de notre programme qui permet sa réalisation avec des taux de subventions éventuellement inférieurs à 60%.

La part  de 7,2 millions d’euros prise en charge directement par la commune sur les 6 années du  mandat s’inscrit raisonnablement dans la capacité d’autofinancement de la commune; le recours à l’emprunt sera facilité par les taux actuellement bas.

Ce programme traduit notre volonté de dynamiser la ville, en répondant de façon réaliste aux attentes des triellois sans  augmenter les impôts.

Le numérique pour tous

Parmi les projets portés par Triel Autrement en matière de numérique, figure la création d’une application mobile de la ville. Cette solution est déjà utilisée par de nombreuses villes comme Achères et Saint-Germain-en-Laye. Elle permettra notamment de renforcer le lien entre les Triellois et les élus. Rencontre avec Sophie Delerue et Michel Labonne.

Notre deuxième « live » de campagne du 19 juin.

Le 19 juin a eu lieu le deuxième « direct » de campagne sur Facebook. Sophie Kerignard, Lucie Pavec et Frédérique Maher ont abordé nos idées, notre programme à propos du centre-ville, des commerces, de la sécurité et de la citoyenneté.

Vous pouvez nous envoyez vos remarques et questions auxquelles nous répondrons dans les plus brefs délais.

Triel Autrement, en direct avec Sophie Kerignard et son équipe

Publiée par Triel Autrement sur Vendredi 19 juin 2020